entendre Dieu (20)

  • 27 mai à 20h15: rencontre chez Ruth et Pierre-André
  • prochaine rencontre: 10 juin (fin de l’étude du livre « entendre la voix de Dieu »)
  • suite, dès le 1er juillet: propositions pour un nouveau thème de partage:

( ) suivre le plan de lecture « Perles » proposé par la Société biblique (lire chaque jour un passage de la Bible, survoler toute la Bible en 8 ans et tout le Nouveau Testament en 4 ans), avec textes proposés par les Eglises catholiques et réformées, et une prise en compte des fêtes chrétiennes

( ) bénéficier de brochures de lectio divina proposées en ligne depuis 2018 par la Société biblique: « Itinéraire d’une promesse » et/ou « Marie à l’écoute de la vie » et/ou « Cétait bon »

( ) cheminer avec 48 thèmes mis en place par Gilles Boucomont pour des groupes de maison: Lire, prier, partager. (Présentation du livre consultable en ligne).

nouvelles des un-e-s et des autres

  • cheminement depuis notre dernière rencontre
  • sujets de reconnaissance, de louange, demandes
  • « j’ai entendu Dieu… »
  • « j’ai encouragé une personne qui a entendu Dieu… »

programme de la soirée

première partie du chapitre 9 du livre, pages 255 à 276 (avant le titre Bien vivre avec Dieu dans tous les aspects de la vie)

Ci-dessous un document pdf que vous pouvez imprimer:

lectures, références dans la Bible et discussions:

  1. Un passage de la Bibe et une citations ouvrent le 9ème et dernier chapitre du livre que nous étudions: à discuter.

oui, si tu appelles la sagesse et si tu élèves ta voix vers l’intelligence, si tu la cherches comme l’argent, si tu la poursuis comme un trésor, alors tu comprendras ce qu’est la crainte de l’Eternel et tu trouveras la connaissance de Dieu.

la Bible, Proverbes 2.3-5

« Délivrer l’âme du péché, qui est sa ruine, et lui conférer la sainteté, qui est sa santé et paix: voilà la fin de tout ce que Dieu fait avec Ses enfants; et précisément parce qu’Il ne peut pas simplement imposer ce but, mais doit nous rendre capables d’y parvenir nous-mêmes, si nous devons réellement posséder la liberté de Ses enfants, le chemin qu’Il doit prendre est long et ardu. » (John Wood Oman, « Grace and Personality »)


  1. L’auteur propose une série d’oppositions: quelle est celle qui vous parle le plus en ce moment?

« La foi n’est pas l’opposé de la connaissance; la foi est l’opposé de la vue. Et la grâce n’est pas l’opposé de l’effort; c’est l’opposé du gain par le mérite. L’engagement ne repose pas sur la confusion mais sur la compréhension. La personne sans information ou dans la confusion sera inévitablement instable et vulnérable dans ses actions, pensées et sentiments. » (256)


  1. Lire et méditer le grand commandement que définit Jésus, et discuter la recommandation de l’auteur de chercher à comprendre comment Dieu agit et communique avec nous:

« Quel est le premier de tous les commandements? » Jésus répondit: « Voici le premier: Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. Voici le deuxième: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là. »

la Bible, Marc 12.28-31

« quand nous ne nous donnons pas la peine de comprendre comment Dieu agit envers l’humanité ou d’étudier la Bible ou tout ce qui pourrait nous aider à la comprendre, nous sommes en rébellion contre la volonté expresse de Dieu. Car Il nous commande de L’aimer de toute notre pensée, ainsi que de tout notre coeur, de toute notre âme et de toute notre énergie (Mc 12.30; voir Pr 1-8). Nous avons donc des arguments bibliques pour dire que c’est la volonté directe et générale de Dieu que nous apprenions à connaître les méthodes qu’Il utilise pour communiquer avec nous. Le rejet conscient de l’étude attentive et diligente n’est pas de la foi et ne provient pas de la foi. C’est le rejet du moyen que Dieu a voulu pour que nous parvenions aux fins qu’Il a choisies. » (256-257)


  1. Jésus encourage à une écoute attentive. A la lumière du passage de la Bible ci-dessous et de la citation de l’auteur qui suit, que pouvons-nous améliorer dans notre usage de notre capacité à entendre et écouter Dieu?

« Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende. » Il leur dit encore: « Prêtez bien attention à ce que vous entendez. »

la Bible, Marc 4.23-24

« Jésus a alerté les gens de Son auditoire sur le fait qu’ils n’utilisaient peut-être pas leurs oreilles dans le simple but d’écouter, mais aussi à d’autres fins – par exemple pour filtrer et contrôler le message afin qu’il se conforme mieux à leur propres vies et projets (…) Ecouter est un processus actif par lequel on peut sélectionner, omettre ou encore déformer des parties du message que le locuteur a voulu communiquer. Notre écoute et nos autres manières de percevoir révèlent des traits fondamentaux de notre caractère, notre liberté et nos asservissements. » (259)


  1. Après avoir relu ce que l’auteur propose en rapport avec la volonté d’entendre Dieu régulièrement – et pas seulement pour se sortir d’une situation de crise – partager à propos de nos attentes et de nos besoins en la matière.

« La triste réalité est que très peu d’êtres humains aspirent réellement et concrètement à entendre ce que Dieu veut leur dire. Cela se voit à la rareté avec laquelle nous recherchons Sa voix quand nous n’avons pas d’ennui ou que nous ne sommes pas confrontés à une décision qui nous laisse perplexes. (…) notre incapacité à entendre Sa voix quand nous le souhaitons est due au fait que nous ne voulons pas l’entendre régulièrement, mais que nous le voulons seulement lorsque nous estimons en avoir besoin. (…) Nombreux sont toutefois ceux qui désirent sincèrement entendre la Parole de Dieu à la fois pour ce qu’elle est en elle-même et parce que Dieu sait ce qu’il y a de mieux pour eux. Ces croyants adoptent les instructions générales de l’Ecriture, ils les intègrent à leur projet de vie en harmonie avec Dieu, et en font le cadre dans lequel ils peuvent connaître Ses bénédictions quotidiennes. » (260-261)


  1. Deux citations et des conseils pratiques à discuter en rapport avec notre façon concrète de chercher à écouter Dieu:

« Tenez-vous en silence dans la méditation devant Dieu un moment chaque jour, et demandez au Saint-Esprit de vous révéler cette vérité: le Christ demeure en vous. Demandez à Dieu de bien vouloir vous faire connaître la glorieuse richesse que renferme ce mystère (Col 1.27). » (Frédérick B. Meyer)

En effet, Dieu a voulu leur faire connaître la glorieuse richesse de ce mystère parmi les non-Juifs, c’est-à-dire Christ en vous, l’espérance de la gloire.

la Bible, Colossiens 1.27

« Je me mets à genoux et je prie: « Seigneur, j’ai besoin de savoir ce que Tu veux que je fasse, et je T’écoute. Parle-moi, je Te prie, à travers mes amis, les livres ou les magazines que je lis, et les circonstances. » (James Dobson)

« Quand je veux entendre ce que Dieu pense d’une certaine situation, je Lui demande de me parler, puis, tout en continuant mes activités quotidiennes, je reste attentif à cette voix ou pensée qui vient de Lui et qui m’aidera à comprendre ce qui se passe. (…) J’ai constaté qu’après avoir demandé à Dieu de me parler de cette manière, j’obtiens de meilleurs résultats si je consacre l’heure qui suit, environ, à une activité qui ne me permet ni de penser intensément à mon problème, ni n’absorbe mon attention avec d’autres choses. Tâches ménagères, jardinage, sortir faire une course ou régler des factures conviennent généralement bien. » (262-263)

L’auteur propose encore ces conseils pratiques:

  • si une idée est perçue, il est possible de la discuter avec une ou plusieurs personnes (sans la présenter sous la forme « Dieu m’a dit »)
  • si on hésite à attribuer une pensée à Dieu ou à nous, on peut demander à Dieu de confirmer, de clarifier (comme on le fait dans le cadre d’une conversation avec une personne)
  • si on ne perçoit rien pendant une heure, possible de poursuivre sa journée tout en restant à l’écoute (la voix de Dieu peut se faire entendre sous diverses formes jusqu’à la fin de la journée, ou après)
  • prière possible sans réponse perçue: « Y a-t-il quelque chose en moi qui T’empêche de me parler clairement au sujet de cette question? »
  • « D’une façon générale, il est bien plus important de cultiver un espace intérieur paisible d’écoute constante que de sans cesse venir à Dieu pour recevoir des instructions spécifiques. » (263)

  1. L’auteur évoque 2 possibilités qui peuvent interférer dans la communication entre Dieu et nous: un combat qui nous dépasse, « dans le ciel » (nous sommes « pris au coeur d’un conflit cosmique »), ou un combat à mener, en nous-même (nous sommes pris par quelque chose qui déplait à Dieu. Discuter ce que propose l’auteur pour cette deuxième possibilité:

« Si cela est la cause – ce qui reste bien sûr une possibilité et devrait toujours être envisagé – il existe des façons de s’en assurer. Ce sera quelque chose qui peut être découvert et su avec certitude si nous le recherchons en examinant notre vie avec honnêteté, en cherchant conseil auprès d’amis ou de responsables chrétiens, et en demandant au Seigneur de nous révéler le problème. » (267)


  1. Que pensez-vous de ce que l’auteur propose en rapport avec l’usage de notre propre appréciation et volonté? Pour lui, nous vivons dans la foi, et notre « personnalité humaine n’est pas oblitérée mais plutôt amenée à sa pleine expression. » (268)

J’ai été crucifié avec Christ; ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; et ce que je vis maintenant dans mon corps, je le vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et qui s’est donné Lui-même pour moi.

la Bible, Galates 2.20

« en général Dieu veut que nous soyons bien impliqués dans le choix de notre cheminement de vie. Cela ne signifie pas qu’Il n’est pas avec nous. Tout au contraire. Dieu développe et éprouve, pour notre bien, notre caractère en nous laissant prendre des décisions. Il nous appelle à être des citoyens de Son Royaume en disant – en substance – aussi souvent que possible: « Ma volonté pour toi dans ce cas est que tu décides tout seul. » Dieu nous prépare à une vie d’initiative, et je sais donc que Dieu sera avec moi, même quand Il ne me dira pas que faire. » (268)


  1. Dieu nous considère comme Ses enfants; préparons-nous à nous adresser à Lui en tant que tels, fondés sur la promesse suivante:

Si donc, mauvais comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, le Père céleste donnera d’autant plus volontiers le Saint-Esprit à ceux qui Le Lui demandent.

la Bible, Luc 11.13

« Ces paroles de Jésus établissent un principe général qui nous aide à interpréter l’attitude de Dieu à notre égard. (…) A combien plus forte raison notre Père céleste donnera-t-Il des instructions claires à ceux qui les Lui demandent sincèrement – dans les cas où Il a bien des instructions à communiquer? Quand Il n’en a aucune à donner, nous pouvons être sûrs que c’est pour le mieux qu’Il n’en donne pas. » (271)

« Un enfant ne peut pas devenir un être humain responsable et compétent si l’on ne cesse de lui dire ce qu’il doit faire. » (268)

« L’initiative humaine n’est pas exclue par le fait que Dieu nous sauve; elle est décuplée par immersion dans la vie de Dieu. Ceux qui ont une compréhension mûre de Dieu et une grande expérience de Ses méthodes n’ont pas besoin d’être toujours à se demander anxieusement comment bien agir. Dans la plupart des cas, ils sauront simplement ce qu’il est bien de faire. Leur confiance est en fin de compte, non dans une parole du Seigneur, mais dans le Seigneur qui est avec eux. » (273)


  1. Discuter ce constat de l’auteur en lien avec le verset de la Bible qui suit:

« La volonté de Dieu rendue limpide à nos yeux ne s’accomplit pas toujours à cause des choix d’autres personnes. Nous ne devons pas pour autant perdre confiance dans les paroles de Dieu qui viennent nous diriger. » (274)

Du reste, nous savons que tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés conformément à Son plan.

la Bible, Romains 8.28

  1. Considérer l’encouragement à la persévérance, et la visée d’honorer notre Dieu à travers ce qui est essentiel et ce qui demeure…

Maintenant donc ces trois choses restent: la foi, l’espérance, l’amour; mais la plus grande des trois, c’est l’amour.

la Bible, 1 Corinthiens 13.13

« L’aboutissement de notre marche de disciples du Christ n’est pas de toujours entendre la voix de Dieu mais d’être formés par la main de Dieu (ce qui inclut de L’entendre quand Il nous parle et nous guide) de manière à être capables de tenir bon dans les épreuves, dans la foi, l’espérance et l’amour même sans recevoir de parole de Dieu. » (275)

C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu afin de pouvoir résister dans le jour mauvais et tenir ferme après avoir tout surmonté.

la Bible, Ephésiens 6.13

  1. Une dernière citation et un dernier passage de la Bible à méditer, prier et vivre:

« Accoutumez-vous donc peu à peu à L’adorer de la sorte, à Lui demander Sa grâce, à Lui offrir votre coeur (…) ne vous contraignez pas par des règles ou des dévotions particulières, faites-le avec foi, avec amour et avec humilité. » (Laurent de la Résurrection)

C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Tenez donc ferme dans cette liberté et ne vous placez pas de nouveau sous la contrainte d’un esclavage.

la Bible, Galates 5.1
%d blogueurs aiment cette page :