culte dimanche 21 février 2021

Premier dimanche du Carême.


chant d’introduction:

Je ne suis plus esclave de la peur Vie et Paix Church feat Maykel Maia

Tu m’as ébloui-e par Tes mélodies Tu m’entoures d’un chant d’amour
chant de délivrance devant mes ennemis toutes mes craintes s’enfuient

je ne suis plus esclave de la peur je suis enfant de Dieu
je ne suis plus esclave de la peur je suis enfant de Dieu

avant ma naissance Tu m’avais choisi-e appelé-e par mon nom
Tu m’as adopté-e je suis de Ta famille Ton sang coule dans mes veines

je ne suis plus esclave de la peur je suis enfant de Dieu
je ne suis plus esclave de la peur je suis enfant de Dieu

Tu fends la mer et je peux la traverser mes peurs se noient dans Ton amour
Tu m’as sauvé-e alors je peux chanter je suis enfant de Dieu

je ne suis plus esclave de la peur je suis enfant de Dieu
je ne suis plus esclave de la peur je suis enfant de Dieu


  • réuni-e-s pour vivre un temps dans la présence de Dieu, nous reconnaissons par la foi que tout nous vient de Lui, nous Le chantons et nous Le célébrons pour qui Il est:

L’Eternel est ma force et le sujet de mes louanges,
c’est Lui qui m’a sauvé-e.
Il est mon Dieu: je Le célébrerai.

la Bible, Exode 15.2

  • nous bénéficions de l’accueil de Dieu notre Père, qui veut nous couvrir de Son pardon, nous remplir de Son amour:

le salaire du péché, c’est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.

la Bible, Romains 6.23

  • nous sommes solidaires de ce que traverse notre planète actuellement face à la Covid-19; nous pouvons prier pour la protection, la sagesse, la grâce de Dieu, et nous pouvons dire à Dieu notre confiance, sous plusieurs formes:
  1. en nous rappelant comment Dieu se révèle dans la Bible, en lisant, en méditant et en priant ces paroles:
(https://www.arrowleadership.org/covid-resources/) (2 Corinthiens 12.9: « et Il m’a dit: «Ma grâce te suffit, car Ma puissance s’accomplit dans la faiblesse.» Aussi, je me montrerai bien plus volontiers fier de mes faiblesses afin que la puissance de Christ repose sur moi. »)

2. en écoutant « Le Bach du dimanche » (21 février 2021) sur France Musique: La Cantate BWV 107 Was willst du dich betrüben? » que Bach composa et dirigea en 1724, basée sur un texte de Johann Heemrann (1630) qui, selon Wikipedia, se concentre sur la confiance en Dieu, même en face d’adversaires, y compris le diable.

Extrait des paroles:

Crois en Lui seul, Il rendra tout bon
Et encouragera tes affaires
Pour qu’elles finissent heureusement pour toi!

Laisse-moi Te louer et Te remercier!
O Père, Fils et Saint-Esprit qui, par pure grâce,
Détournes souffrance et douleur, sois loué pour toujours.


  1. en considérant une citation du réformateur Martin Luther qui écrivait, alors que la peste noire sévissait en Europe (source):

« Je demanderai à Dieu par miséricorde de nous protéger. Ensuite, je vais enfumer, pour aider à purifier l’air, donner des médicaments et les prendre. J’éviterai les lieux, et les personnes, où ma présence n’est pas nécessaire pour ne pas être contaminé et aussi infliger et affecter les autres, pour ne pas causer leur mort par suite de ma négligence. Si Dieu veut me prendre, Il me trouvera sûrement et j’aurai fait ce qu’Il attendait de moi, sans être responsable ni de ma propre mort ni de la mort des autres. Si mon voisin a besoin de moi, je n’éviterai ni lieu ni personne, mais j’irai librement comme indiqué ci-dessus. Voyez, c’est une telle foi qui craint Dieu parce qu’elle n’est ni impétueuse ni téméraire et ne tente pas Dieu. »

  1. en imaginant de nouvelles façons d’être solidaires et témoins de Jésus-Christ durant cette période particulière, à l’exemple de « la bénédiction France » réalisée en mai 2020 par de nombreuses Eglises locales:

  • préparons-nous à la lecture d’un texte qui décrit le cheminement d’un croyant découragé en proie à de grandes peurs, et qui souligne comment le Dieu vivant sait accompagner et rejoindre Son enfant au sein de ses détresses:

Dieu n’a pas rejeté Son peuple, qu’Il a connu d’avance. Ne savez-vous pas ce que l’Ecriture rapporte au sujet d’Elie, quand le prophète adresse à Dieu cette plainte contre Israël: Seigneur, ils ont tué Tes prophètes, ils ont démoli Tes autels; moi seul, je suis resté, et ils cherchent à m’enlever la vie? Mais quelle réponse Dieu lui donne-t-Il? Je me suis réservé 7000 hommes qui n’ont pas plié les genoux devant Baal. De même, dans le temps présent aussi, il y a un reste conformément à l’élection de la grâce.

la Bible, Romains 11.2-5

Commentaire de la Bible annotée: « Élie s’était senti fort en Dieu; il va faire l’expérience de sa propre faiblesse. Dieu a travaillé par lui, Il va maintenant travailler sur lui. »

Voyant cela, Elie se leva et partit pour sauver sa vie. Il arriva à Beer-Shéba, une ville qui appartient à Juda, et il y laissa son serviteur. Quant à lui, il marcha toute une journée dans le désert, puis il s’assit sous un genêt et demanda la mort en disant: «C’est assez! Maintenant, Eternel, prends-moi la vie, car je ne suis pas meilleur que mes ancêtres.» Il se coucha et s’endormit sous un genêt. Et voici qu’un ange le toucha et lui dit: «Lève-toi et mange.» Elie regarda et il vit à son chevet un gâteau cuit sur des pierres chauffées ainsi qu’une cruche d’eau. Il mangea et but, puis se recoucha. L’ange de l’Eternel vint une deuxième fois, le toucha et dit: «Lève-toi et mange, car le chemin est trop long pour toi.» Il se leva, mangea et but. Puis, avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha 40 jours et 40 nuits jusqu’à la montagne de Dieu, jusqu’à Horeb.

la Bible, 1 Rois 19.3-8

REPOS et REPAS

Citation de John H. Alexander « Elie Elisée » p. 51: « Qui d’entre nous n’a pas rêvé de quelque paradis ou de quelque île déserte où il pourrait se réfugier pour tout oublier et se laisser vivre, loin de toute contrariété, espère-t-il…? En prononçant ces mots « C’est assez », Elie ne donne-t-il pas la preuve qu’il est vraiment « un homme de la même nature que nous »? » (Jc 5.16-18) « Cependant Dieu attendait Elie en cet instant précis où il était au bout de ses ressources propres. Il allait intervenir à Sa manière. Il n’entendait pas d’abord tancer Elie pour ses faiblesses: le plus urgent, n’était-ce pas de secourir cet homme à ce point exténué et affamé qu’il s’était endormi sous un genêt? Aussi, dans Sa bienveillance, Dieu lui envoya-t-Il un ange pour lui servir un repas. »


  • avant de poursuivre cette lecture, quelques mots concernant le temps de carême, associé au chiffre 40; c’est l’occasion de formuler une prière personnelle, pour que Dieu nous accorde de vivre les 40 prochaines journées, jusqu’à la célébration de la résurrection de Jésus-Christ, à Pâques, dans la confiance, à Son écoute, et dans la reconnaissance pour Son oeuvre de salut pour chacune et chacun:

A propos des 40 jours de carême: « Le nombre quarante est symbolique. Il représente la durée d’une existence humaine et même la durée de l’histoire de l’humanité. Ainsi Noé affronte pendant quarante jours les eaux mortelles de l’abîme primitif. Nouvelle naissance, nouvelle création. » « Pour les Hébreux, quarante ans au désert. Au bout de la route, la terre promise. Une patrie qui fuit à l’horizon à mesure qu’on s’en approche, dans l’attente de la «patrie meilleure» dont parle Hébreux 11.13-16. Pour Jésus, quarante jours au désert, soumis à la faim et à la soif et en proie à la tentation du pouvoir et de la puissance. » « le Carême n’est pas un temps parmi d’autres mais la figure de tous les temps, de tout notre temps. Il nous rappelle la Bonne Nouvelle de la résurrection, de la défaite de la mort. Accueillir cette Bonne Nouvelle change la vie et c’est ce changement que l’on appelle conversion. Il s’agit de passer de la tristesse à la joie. »

Extraits de l’Encyclopédie de Diderot: « quadragesima, temps de pénitence, pendant lequel on jeune quarante jours, pour se préparer à célébrer la fête de Pâques » « Quelques-uns prétendent que l’on jeune les quarante jours que dure le carême en mémoire du déluge, qui dura autant de temps, d’autres, des quarante années pendant lesquelles les Juifs errèrent dans le désert; d’autres veulent que ce soit en mémoire des quarante jours qui furent accordés aux Ninivites pour faire pénitence; les uns, des quarante coups de fouets que l’on donnait aux malfaiteurs pour les corriger; les autres, des quarante jours de jeune que Moïse observa en recevant la Loi, ou des quarante jours que jeuna Elie, ou enfin des quarante jours de jeune qu’observa Jésus-Christ. » « Dans les premiers temps, le jeune dans l’Eglise d’Occident consistait à s’abstenir de viandes, d’oeufs, de laitage, de vin, et à ne faire qu’un repas vers le soir »


  • reprenons notre lecture avec une attention particulière à la manière dont Dieu se révèle à Son enfant, et en réfléchissant à ce que Dieu pourrait nous dire très personnellement à travers ces paroles: « Que fais-tu ici? » et « Vas-y, poursuis ton chemin… »

Là, il entra dans la grotte et y passa la nuit. Or, la Parole de l’Eternel lui fut adressée: «Que fais-tu ici, Elie?» Il répondit: «J’ai déployé tout mon zèle pour l’Eternel, le Dieu de l’univers. En effet, les Israélites ont abandonné Ton alliance, ils ont démoli Tes autels et ont tué Tes prophètes par l’épée. Je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m’enlever la vie.» L’Eternel dit: «Sors et tiens-toi sur la montagne devant l’Eternel, et l’Eternel va passer!» Devant l’Eternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers; l’Eternel n’était pas dans le vent. Après le vent, il y eut un tremblement de terre; l’Eternel n’était pas dans le tremblement de terre. Après le tremblement de terre, il y eut un feu; l’Eternel n’était pas dans le feu. Après le feu, il y eut un murmure doux et léger. Quand il l’entendit, Elie s’enveloppa le visage de son manteau, sortit et se tint à l’entrée de la grotte. Et voici qu’une voix lui fit entendre ces paroles: «Que fais-tu ici, Elie?» Il répondit: «J’ai déployé tout mon zèle pour l’Eternel, le Dieu de l’univers. En effet, les Israélites ont abandonné Ton alliance, ils ont démoli Tes autels et ont tué Tes prophètes par l’épée. Je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m’enlever la vie.»
L’Eternel lui dit: «Vas-y, poursuis ton chemin… »

la Bible, 1 Rois 19.9-15

Commentaire proposé par la HET-Pro (anciennement Emmaüs, centre de formation en Suisse) à propos de ce texte:

Aujourd’hui aussi, Dieu n’est pas forcément dans le grand cataclysme. Mais il est avec nous alors que nous traversons le grand cataclysme. A nous de créer l’espace pour entendre le murmure doux et léger – suivi de l’appel à aller, au milieu de cette situation particulière, et continuer l’oeuvre de Dieu dans ce monde.

Trois éléments pour poursuivre si souhaité la réflexion:

  • une émission radio récente, disponible en ligne, aborde le thème « Foi et dépression: la difficile alchimie ».
  • Citation de John H. Alexander « Elie Elisée » p. 53 « Il importe d’abord de se souvenir que, quelles que soient les causes d’une dépression, il s’agit d’une maladie, et une maladie demande des soins et parfois une longue convalescence, avec les hauts et les bas qui caractérisent si souvent une convalescence. Vous pouvez même, comme chrétien, être sujet à la dépression. » « Comme Dieu n’a pas repoussé Elie, Il ne vous repousse pas en cette circonstance. Il ne fera pas le procès de vos actes d’hier ou d’avant-hier mais Il vous proposera un repas pour aujourd’hui et un deuxième pour demain. »
  • Citation de John H. Alexander « Elie Elisée » p. 60-61 « Elie se croyait seul témoin de Dieu en Israël, mais Dieu en avait sept mille à disposition. Elie n’a pas su les voir… comme nous très souvent nous ne savons pas voir ces innombrables enfants de Dieu qui croient comme nous, luttent comme nous, que le Seigneur emploie comme nous et très souvent mieux que nous. Que de chrétiens vivent comme en vase clos, repliés sur eux-mêmes ou sur leur petite communauté locale, sans avoir vision de l’Eglise militante universelle de Jésus-Christ. »

  • une possibilité de chant:

JEM 157 j’ai confiance en mon Seigneur

j’ai confiance en mon Seigneur le long du chemin j’ai confiance en mon Seigneur et Il tient ma main / à travers l’orage grondant mon coeur est en paix j’ai confiance en mon Seigneur et je suis gardé-e / c’est l’Ami fidèle le plus grand Ami en toute assurance je m’appuie sur Lui


  • un texte du Nouveau Testament qui peut nous donner des pistes concrètes pour vivre la suite de cette semaine pour la gloire de Dieu:

Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur! Je le répète: réjouissez-vous! Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, dans une attitude de reconnaissance. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera votre coeur et vos pensées en Jésus-Christ. Enfin, frères et soeurs, portez vos pensées sur tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est digne d’être aimé, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est synonyme de qualité morale et ce qui est digne de louange. Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi et ce que vous avez vu en moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

la Bible, Philippiens 4.4-9
  • une possibilité de chant et une parole de bénédiction:

JEM 659 que la grâce et la paix du Seigneur

que la grâce et la paix du Seigneur soient déposées sur vous sur vos coeurs et que Sa lumière vienne éclairer vos vies par le nom de Jésus-Christ

Que l’Eternel te bénisse et te garde!

la Bible, Nombres 6.24

Que la paix de Christ,
à laquelle vous avez été appelés
pour former un seul corps,
règne dans votre coeur.
Et soyez reconnaissants.

la Bible, Colossiens 3.15


<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :