Bible, foi et soutien: Rm 9

Rencontre pour étudier la lettre de Paul aux Romains, chapitre 9

Jeudi 14 janvier à 20h00, en visioconférence sur https://unine.webex.com/meet/pierre-andre.lechot

ligne directrice pour notre étude suivie de la lettre aux Romains:

Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à entretenir la paix et à nous faire grandir mutuellement dans la foi.

la Bible, Romains 14.19

Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous débordiez d’espérance, par la puissance du Saint-Esprit!

la Bible, Romains 15.13

références: « Soyez justes » de Warren W. Wiersbe / Bible annotée en ligne


accueil

  • bénédiction

Ce n’est pas vous qui M’avez choisi, mais c’est Moi qui vous ai choisis, et Je vous ai établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure. Alors, ce que vous demanderez au Père en Mon nom, Il vous le donnera. Ce que Je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres.

la Bible, Jean 15.16-17
  • nouvelles des un-e-s et des autres
  • prière

étude du chapitre 9 de Romains, proposition de questions et textes

Entre l’enseignement doctrinal des 8 premiers chapitres de Romains et les perspectives pratiques dès le chapitre 12, trois chapitres expliquent la situation du peuple d’Israël, peut-être pour rassurer les Juifs de Rome: « Paul démontre son amour pour Israël et sa volonté de vouloir le bien de son pays. » (p 89). Il détaille comment le plan de Dieu s’accomplit, tant pour l’Eglise naissante que pour le peuple d’Israël: Dieu est fidèle, tant pour les Juifs que pour l’Eglise. « Au chapitre 9, Paul insiste sur l’élection d’Israël; au chapitre 10 sur son rejet actuel et au chapitre 11, sur sa restauration future. » (p 90) Dans le chapitre 9 « Il se réfère plus spécifiquement à quatre attributs de Dieu: Sa fidélité (1-13), Sa justice (14-18), Son jugement (19-29) et Sa grâce (30-33). » (p 90)

la fidélité de Dieu

Paul passe de la joie du chapitre 8 à la tristesse, en rappelant les bénédictions rattachées à l’élection du peuple d’Israël par Dieu: « Dieu a adopté Israël pour être Son peuple (Ex 4.22-23). Il lui a donné Sa gloire dans le tabernacle et dans le temple (Ex 40.34-38) (…) Dieu a conclut Ses alliances avec Israël; la première avec Abraham; et ensuite d’autres avec Moïse et David. Il lui a aussi donné Sa Loi afin qu’elle gouverne sa vie politique, sociale et religieuse et afin de lui garantir la bénédiction s’il obéissait. Il lui a aussi donné le « culte de Dieu », c’est-à-dire le ministère dans le tabernacle et le temple. Il lui a accordé la promesse et les patriarches. Tout cela afin que Jésus-Christ puisse, par Israël, venir dans le monde. » (p 90-91)

BA: « Quel contraste, en effet, entre la constatation qu’Israël est rejeté et le souvenir de tant de privilèges qui lui avaient été accordés! Le nom d’Israélites rappelait la lutte et la victoire qui avaient valu au père de ce peuple le surnom glorieux d’Israël « vainqueur de Dieu » (Genèse 32.28); ce nom était déjà le gage de tous les bienfaits qui devaient suivre. »

  1. En lisant les textes ci-dessus et le début du chapitre 9 ci-dessous (v. 1-5), que pouvez-vous dire de ce qui perdure aujourd’hui pour les chrétien-ne-s? Il n’y a plus de tabernacle dans le désert ni de temple à Jérusalem, mais qu’est-ce qui demeure tel quel, et qu’est-ce qui a pu être transformé?

Je dis la vérité en Christ, je ne mens pas, ma conscience m’en rend témoignage par le Saint-Esprit: j’éprouve une grande tristesse et j’ai dans le coeur un chagrin continuel. Oui, je voudrais être moi-même maudit et séparé de Christ pour mes frères, mes propres compatriotes, les Israélites; c’est à eux qu’appartiennent l’adoption, la gloire, les alliances, la Loi, le culte, les promesses et les patriarches; c’est d’eux que le Christ est issu dans Son humanité, Lui qui est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement. Amen!

la Bible, Romains 9.1-5

BA: « En déclarant (Romains 1.16) que l’Évangile est la puissance salutaire de Dieu, il ajoutait : « pour le Juif premièrement ». Le peuple élu de Dieu et préparé pendant des siècles à recevoir le Sauveur devait en effet, le tout premier, L’accueillir avec foi. Et voici que ce peuple, dans sa grande majorité, après avoir crucifié Jésus de Nazareth, repousse la prédication de ses apôtres. »


  1. Discuter la différence que la suite du chapitre 9 établit entre la descendance naturelle, biologique, et les enfants spirituels:

Ce n’est pas que la Parole de Dieu soit sans effet. Non, car ceux qui sont issus d’Israël ne sont pas tous Israël, et bien qu’étant de la descendance d’Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants. Au contraire, il est dit: C’est par Isaac qu’une descendance te sera assurée. Cela signifie que ce ne sont pas les descendants simplement biologiques qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont considérés comme Sa descendance.

la Bible, Romains 9.6-8

« Abraham a eu deux fils, Ismaël (par Agar) et Isaac (par Sara). Ismaël étant le premier-né, c’est lui qui aurait dû être choisi, mais c’est Isaac que Dieu a préféré. (…) Dieu n’a pas fondé Son élection sur les caractéristiques physiques. Ainsi donc, si la nation d’Israël, la descendance physique d’Abraham, a rejeté la Parole de Dieu, cela n’annule pas le dessein d’élection de Dieu.


  1. Discuter la place de la Parole dans la suite du chapitre (promesse / Celui qui appelle), et la liberté de choix décrite de façon concrète (un choix qui ne s’appuie pas sur des mérites humains, ni sur le caractère ni sur la conduite d’une personne):

La parole que voici était en effet une promesse: Je reviendrai à la même époque et Sara aura un fils. De plus, tel a aussi été le cas pour Rebecca qui a eu des enfants d’un seul homme, notre ancêtre Isaac: les enfants n’étaient pas encore nés et n’avaient donc fait ni bien ni mal – afin que le plan de Dieu subsiste, conformément à Son choix et sans dépendre des oeuvres mais de Celui qui appelle –
quand il a été dit à Rebecca: L’aîné sera asservi au plus jeune. De même, il est écrit: J’ai aimé Jacob et J’ai détesté Esaü.

la Bible, Romains 9.9-13

BA: « Le dessein arrêté de Dieu, c’est la résolution que Dieu a prise, dès avant la fondation du monde, de sauver les pécheurs par Jésus-Christ, en d’autres termes, le plan du salut que Dieu a conçu de toute éternité. »


  1. En complément avec ce que nous venons de discuter, quel(s) autre(s) passage(s) du Nouveau Testament que Jean 3.16 pourriez-vous citer pour établir que Dieu aime les personnes qu’Il a créées, que Lui demeure fidèle et que Son plan d’amour pour l’ensemble de l’humanité ne varie pas?

En effet, Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle.

la Bible, Jean 3.16

la justice de Dieu

« L’élection est toujours uniquement un acte de grâce. Si Dieu agissait uniquement sur la base de la justice, personne ne pourrait être sauvé. » (…) « Nous méritons tous la condamnation, et non la miséricorde. » (p 92)

  1. Comment percevez-vous aujourd’hui la souveraineté de Dieu, le fait qu’Il agisse « selon Sa volonté et selon Ses desseins. » p 92)?

L’Eternel répondit: «Je ferai passer devant toi toute Ma bonté et Je proclamerai devant toi le nom de l’Eternel. Je fais grâce à qui Je veux faire grâce, et J’ai compassion de qui Je veux avoir compassion.»

la Bible, Exode 33.19

Que dirons-nous donc? Dieu serait-Il injuste? Certainement pas! En effet, Il dit à Moïse: Je ferai grâce à qui Je veux faire grâce, et J’aurai compassion de qui Je veux avoir compassion. Ainsi donc, cela ne dépend ni de la volonté ni des efforts de l’homme, mais de Dieu qui fait grâce.

la Bible, Romains 9.14-16

« Moïse était un Juif, le pharaon un étranger, pourtant tous deux étaient pécheurs. En fait, c’étaient des assassins aussi bien l’un que l’autre. Tous deux virent les merveilles opérées par Dieu. Pourtant, Moïse fut sauvé et le pharaon perdu. Dieu a suscité le pharaon afin de révéler Sa gloire et Sa puissance, et Il a usé de miséricorde envers Moïse afin de se servir de lui pour délivrer le peuple d’Israël. » (p 92)


Paul rappelle que Dieu est juste par nature, et il va donner trois explications qui permettent d’accepter par la foi cette vérité qui dépasse l’entendement humain.

Faire mourir le juste avec le méchant, si bien que le sort du juste serait identique à celui du méchant, cela ne correspond certainement pas à Ta manière d’agir! Celui qui juge toute la terre n’appliquera-t-Il pas le droit?

la Bible, Genèse 18.25
  1. Que pensez-vous de la première explication proposée: « qui sommes-nous pour discuter avec Dieu?« 

L’Ecriture dit en effet au pharaon: Voilà pourquoi Je t’ai suscité: c’est pour montrer en toi Ma puissance et afin que Mon nom soit proclamé sur toute la terre. Ainsi, Dieu fait grâce à qui Il veut et Il endurcit qui Il veut. Tu me diras: « Pourquoi fait-Il donc encore des reproches? Qui peut en effet résister à Sa volonté? » Mais toi, homme, qui es-tu pour entrer en contestation avec Dieu? L’objet dira-t-il à Celui qui l’a façonné: « Pourquoi m’as-Tu fait ainsi? »

la Bible, Romains 9.17-20

« C’est un argument logique. Dieu est le potier et nous l’argile. Dieu est plus sage que nous et il est insensé de notre part de discuter Sa volonté ou d’y résister. » (p 94)

Malheur à l’homme qui intente un procès à Celui qui l’a façonné, lui qui n’est qu’un vase parmi d’autres vases de terre! L’argile dit-elle au potier: «Que fais-tu?» ou: «Ton travail est mal fait»?

la Bible, Esaïe 45.9

  1. A discuter: qu’est-ce qui peut nous rassurer dans la citation et le texte qui suivent? « Personne, ni Moïse ni un pharaon, ne choisit ses parents, l’époque de sa naissance, ou le lieu, ou même ses chromosomes. Nous devons croire que ces choses sont entre les mains de Dieu. » (p 94) La deuxième explication proposée par l’auteur est: « Dieu a Ses buts »

Le potier n’est-il pas le maître de l’argile pour faire avec la même pâte un ustensile d’un usage noble et un ustensile d’un usage méprisable? Que dire si Dieu, voulant montrer Sa colère et faire connaître Sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère tout prêts pour la perdition? Et que dire s’Il a voulu faire connaître la richesse de Sa gloire envers des vases de compassion qu’Il a d’avance préparés pour la gloire?

la Bible, Romains 9.21-23

BA « C’est sous un autre jour que Dieu se révèle à ceux qui ont recours à Sa grâce: ils savent que le Dieu juste n’agit point d’une manière arbitraire et fatale, mais toujours conformément à Sa sagesse et à Son amour; ils savent « qu’il veut que tous soient sauvés », (1 Timothée 2.4) qu’Il « use de patience, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance », (2 Pierre 3.9) que Christ ne « met dehors aucun de ceux qui viennent à Lui » (Jean 6.37); ils savent enfin qu’il y a une grande différence entre les vases d’argile, objets matériels, et les pécheurs, êtres moraux et responsables, que, chez tous les hommes, Dieu trouve le mal déjà existant; que, si les uns ne deviennent des vases pour un usage honorable que par l’oeuvre de la grâce, les autres restent voués à un usage vil, parce qu’ils repoussent cette grâce et s’obstinent à contester avec Dieu sur la voie de la justice. »

BA: « La gloire est l’opposé de la perdition; c’est la vie et le bonheur éternels qui se trouvent dans la communion avec Dieu et dans la participation à Sa gloire. »


  1. Discuter cette affirmation de l’auteur: « Le fait que Dieu ait été patient montre qu’Il a donné au pharaon l’occasion d’être sauvé ». (p 94-95)

Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme certains le pensent; au contraire, Il fait preuve de patience envers nous, voulant qu’aucun ne périsse mais que tous parviennent à la repentance.

la Bible, 2 Pierre 3.9

Ainsi Il nous a appelés non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les non-Juifs. C’est aussi ce qu’Il dit dans le livre d’Osée: J’appellerai ‘Mon peuple’ celui qui n’était pas Mon peuple, et ‘bien-aimée’ celle qui n’était pas la bien-aimée. Et là où on leur disait: ‘Vous n’êtes pas Mon peuple’, ils seront appelés fils du Dieu vivant.

la Bible, Romains 9.24-26

Troisième explication proposée par l’auteur: les prophéties qui se sont réalisées. Dieu appellerait des personnes de tous les peuples à être appelé Son peuple (voir le prophète Osée); seul un reste d’Israël sera sauvé (voir le prophète Esaïe).

  1. A discuter: Dieu « serait injuste s’Il ne respectait pas Sa propre Parole. Ces prophéties montrent que l’élection de Dieu a rendu possible le salut de tous les peuples. C’est cela la grâce. Lors de l’Exode, Dieu a rejeté les étrangers et a choisi les Juifs afin de pouvoir sauver les étrangers par les Juifs. La nation d’Israël a rejeté Sa volonté, mais cela n’a pas fait échouer les plans de Dieu. Un petit nombre de Juifs ont continué à croire, et la Parole de Dieu a été accomplie. » (p 95-96)

Esaïe, de son côté, s’écrie au sujet d’Israël: Même si les Israélites, de par leur nombre, étaient pareils au sable de la mer, un reste seulement sera sauvé. En effet, le Seigneur accomplira pleinement et rapidement Sa Parole avec justice, en effet le Seigneur accomplira rapidement sa parole sur la terre. Et comme Esaïe l’avait prédit, si le Seigneur de l’univers ne nous avait pas laissé une descendance, nous serions devenus comme Sodome, nous aurions été semblables à Gomorrhe.

la Bible, Romains 9.27-29

la grâce de Dieu

« Paul passe de la souveraineté divine à la responsabilité de l’homme. » (p 98) Paul met l’accent sur la foi qui permet d’obtenir la justification (alors que beaucoup de Juifs ont cherché à être sauvés à travers des oeuvres). Et Paul propose une dernière citation dans ce chapitre:

A cause de cela, voici ce que dit le Seigneur, l’Eternel: Je mets dans Sion, en guise de fondation, une pierre, une pierre choisie, angulaire, précieuse, solidement posée.
Celui qui s’appuie sur elle sera en sécurité.

la Bible, Esaïe 28.16
  1. Comment considérez-vous et vivez-vous par la foi le fait que Jésus est la pierre angulaire?

Jésus est la pierre rejetée par vous qui construisez et qui est devenue la pierre angulaire. Il n’y a de salut en aucun autre, car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

la Bible, Actes 4.11-12

Que dirons-nous donc? Des non-Juifs qui ne recherchaient pas la justice ont obtenu la justice, celle qui vient de la foi, tandis qu’Israël, qui cherchait une loi de justice, n’est pas parvenu à cette loi. Pourquoi? Parce qu’Israël l’a cherchée non par la foi, mais par les oeuvres de la Loi. Ils se sont heurtés à la pierre qui fait obstacle, comme il est écrit: Je mets dans Sion une pierre qui fait obstacle, un rocher propre à faire trébucher, mais celui qui croit en Lui ne sera pas couvert de honte.

la Bible, Romains 9.30-33

  1. Discuter la délicate compréhension de l’élection (Dieu connaît à l’avance les personnes qui choisiront librement d’accepter Sa grâce par la foi en Jésus): le salut est offert par la foi. « L’offre est faite à « celui qui veut ». » (p 97)

Que celui qui veut de l’eau de la vie la prenne gratuitement!

la Bible, Apocalypse 22.17

« Après nous être confiés au Christ, nous recevons le témoignage et la preuve que nous faisons partie des élus (Eph 1.4-14; 1 Th 1.1-10). »

« Personne ne niera que beaucoup de mystères existent en ce qui concerne la souveraineté divine et la responsabilité de l’homme. Dieu ne demande jamais de choisir entre ces deux vérités, elles font partie de Son plan. Elles ne se complètent pas, elles coopèrent. Le fait que nous ne puissions pas pleinement comprendre comment elles se combinent ne les remet pas en question. Quelqu’un demanda un jour à Spurgeon comment il conciliait la souveraineté divine et la responsabilité de l’homme. Il répondit: « Je n’essaye jamais de réconcilier des amis! » » (p 97)

BA: « Poursuivre la loi de la justice, c’est chercher sa justification dans la pratique extérieure et superficielle de la Loi, en méconnaissant que l’obéissance complète à cette Loi est au-dessus des forces de l’homme vendu au péché. En agissant ainsi, Israël n’est point parvenu à cette loi (Grec : à la loi), il n’a pas atteint le but qu’il poursuivait: acquérir sous le régime légal la vraie justice qui compte devant Dieu. »


  1. Commenter le passage suivant:

En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas par les oeuvres, afin que personne ne puisse se vanter. En réalité, c’est Lui qui nous a faits; nous avons été créés en Jésus-Christ pour des oeuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions.

la Bible, Ephésiens 2.8-10
%d blogueurs aiment cette page :