Bible, foi et soutien: Rm 8

Rencontre pour étudier la lettre de Paul aux Romains, chapitre 8, première partie.

Jeudi 26 novembre à 20h00, en visioconférence sur https://unine.webex.com/meet/pierre-andre.lechot

ligne directrice pour notre étude suivie de la lettre aux Romains:

Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à entretenir la paix et à nous faire grandir mutuellement dans la foi.

la Bible, Romains 14.19

Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous débordiez d’espérance, par la puissance du Saint-Esprit!

la Bible, Romains 15.13

références: « Soyez justes » de Warren W. Wiersbe / Bible annotée en ligne


accueil

  • bénédiction

Or le Seigneur, c’est l’Esprit, et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

la Bible, 2 Corinthiens 3.17
  • nouvelles des un-e-s et des autres
  • prière

étude du chapitre 8 de Romains, proposition de questions et textes

Wiersbe propose ce titre pour l’étude du chapitre 8 de Romains: « Liberté et plénitude » avec 4 libertés des chrétien-ne-s présentées (2 Co 3.17), et 19 mentions de l’Esprit dans ce seul chapitre de la Bible!

La Bible annotée propose ce résumé: « Dans Romains 8, Paul décrit les conséquences magnifiques de la délivrance en Christ: le renouvellement complet de la nature humaine, et même de toute la Création; et enfin il célèbre, dans un vrai chant de triomphe, l’assurance du salut fondée sur l’éternel et immuable amour de Dieu en Christ. »

Libertés du jugement: aucune condamnation (v 1-4)

  1. A discuter en lisant Rm 8.1: « En Adam, nous étions condamnés. En Christ, il n’y a plus de condamnation! (…) Les chrétiens commettent des fautes, essuient des échecs et pèchent aussi. » (Wiersbe p 77) et BA: « La vie nouvelle en Jésus-Christ, affranchie de la chair sous le régime de l’Esprit, est le signe de notre adoption et le gage de notre glorification future, de notre victoire définitive. »

Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui ne vivent pas conformément à leur nature propre mais conformément à l’Esprit.

la Bible, Romains 8.1

BA: « Le terme aucune condamnation embrasse tous les effets du péché qui en sont le châtiment: la culpabilité qu’il fait peser sur nous et dont nous sommes affranchis par la justification, la domination du péché en nous qui entraîne notre mort spirituelle et physique, et dont nous sommes affranchis par la sanctification. »


  1. A discuter en lisant Rm 8.2-4: « La Loi ne peut vous condamner. Pourquoi? Parce que le Christ a déjà payé le prix de la condamnation sur la croix. La Loi ne pouvait sauver, elle ne faisait que condamner. Mais Dieu a envoyé Son Fils pour nous sauver et faire ce que la Loi ne pouvait faire. (…) Il a porté nos péchés en Son corps sur la croix. » (Wiersbe p 78)

En effet, la loi de l’Esprit qui donne la vie en Jésus-Christ m’a libéré de la loi du péché et de la mort, car ce qui était impossible à la Loi parce que la nature humaine la rendait impuissante, Dieu l’a fait: Il a condamné le péché dans la nature humaine en envoyant à cause du péché Son propre Fils dans une nature semblable à celle de l’homme pécheur. Ainsi, la justice réclamée par la Loi est accomplie en nous qui vivons non conformément à notre nature propre mais conformément à l’Esprit.

la Bible, Romains 8.2-4

BA: « En parlant de la loi de l’Esprit de vie, qu’il oppose à la loi du péché et de la mort, l’apôtre emploie ce mot de loi dans le sens de puissance réglée, de régime qui s’impose à la volonté » (…) « l’Esprit divin est présenté par l’apôtre comme s’unissant étroitement à l’esprit de l’homme, comme habitant en lui et inspirant ses désirs et toute sa vie. »


  1. A discuter en considérant le verset ci-dessous tiré de la lettre aux Hébreux: BA: « En fournissant aux hommes cette démonstration, dans la vie terrestre de son Fils, Dieu a condamné le péché dans la chair, d’une manière plus éclatante et plus efficace qu’Il ne l’avait fait par la Loi, dont la lettre morte ne présentait qu’un idéal abstrait. Il a établi aux yeux de tous que le péché n’a pas de droit à régner dans la chair, qu’il n’est pas une nécessité inhérente à la nature de l’homme. » / « La formule par laquelle Paul exprime le fait de l’incarnation du Fils de Dieu: (grec) en ressemblance de chair de péché, est remarquable. Elle évite également de n’attribuer à Jésus que l’apparence d’une chair humaine (ce qui serait le cas si l’apôtre avait écrit: «dans une ressemblance de chair»), et de le rendre participant de la nature corrompue de l’homme pécheur (ce qui résulterait de l’expression: «dans une chair de péché»). En disant: en ressemblance de chair de péché, l’apôtre enseigne que le Fils de Dieu a vraiment pris notre chair, avec ses besoins multiples, ses infirmités diverses, sa sensibilité, sa capacité de souffrir et de mourir. Cette sensibilité, qui est le propre de la chair, n’est pas mauvaise en soi. Jésus a constamment maintenu Sa chair sous la domination de l’Esprit. »

En effet, nous n’avons pas un grand-prêtre incapable de compatir à nos faiblesses; au contraire, Il a été tenté en tout point comme nous, mais sans commettre de péché.

la Bible, Hébreux 4.15

  1. Que pensez-vous de cette citation, en lien avec Ph 2.13 ci-dessous: « Le légaliste essaie d’obéir à Dieu par sa propre force et m’arrive pas à atteindre la justice requise par Dieu. Le chrétien guidé par l’Esprit, lorsqu’il se donne au Seigneur, expérimente dans sa vie l’oeuvre de sanctification du Saint-Esprit. » (Wiersbe p 79)

c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire pour Son projet bienveillant.

la Bible, Philippiens 2.13

Libérés de la défaite: aucune obligation (v 5-17)

  1. A discuter en lisant Rm 8.5: « Le non-chrétien n’a pas l’Esprit de Dieu et vit selon et pour ses propres désirs. Son esprit est centré sur sa propre satisfaction. Mais le chrétien a l’Esprit de Dieu en lui et vit différemment, dans une sphère nouvelle. Son esprit est centré sur Dieu. Cela ne veut pas dire que le non-chrétien ne fait jamais le bien, ou que le croyant ne fait jamais le mal; cela signifie que l’orientation de leur vie est différente. L’un vit pour lui-même, l’autre pour l’Esprit. » (Wiersbe p 79)

En effet, ceux qui se conforment à leur nature propre se préoccupent des réalités de la nature humaine, tandis que ceux qui se conforment à l’Esprit sont préoccupés par ce qui est de l’Esprit.

la Bible, Romains 8.5

BA cite Olshausen: « Si le chrétien cherche à améliorer ou à purifier en lui le vieil homme avant d’avoir passé par la nouvelle naissance, il n’entreprend pas seulement une oeuvre vaine et irréalisable, mais il court le danger, toujours renaissant, de retomber sous le joug de la loi, comme les Galates; son entreprise même est déjà la négation de la grâce. Le vieil homme ne peut pas être sanctifié, il faut qu’il soit crucifié, (comparez Rm 6.6) c’est-à-dire livré à la mort par le renoncement à soi. L’Esprit doit donc soutenir une lutte perpétuelle contre la chair et ses convoitises, et cette lutte n’est que le côté négatif de la vie du régénéré: le côté positif, l’activité qui développe en lui la vie nouvelle, consiste à entretenir une relation constante avec Celui qui est l’auteur et la source de cette vie, à recevoir toujours de nouveau l’Esprit d’en haut. Régénéré par la grâce, il vit et croît dans la grâce et par elle. »


  1. Que pensez-vous de cette affirmation (en lien avec les 2 passages ci-dessous): « Ceux qui se sont confiés en Christ on fait « la paix avec Dieu » (Rm 5.1), tandis que ceux qui ne sont pas sauvés sont en guerre avec Dieu. (Es 48.22) » (Wiersbe p 80)

Ainsi donc, déclarés justes sur la base de la foi, nous avons la paix avec Dieu par l’intermédiaire de notre Seigneur Jésus-Christ

la Bible, Romains 5.1

Il n’y a pas de paix pour les méchants, dit l’Eternel.

la Bible, Esaïe 48.22

  1. A discuter en lisant Rm 8.6-8: « Vivre pour « soi » uniquement signifie être perdu, hors de Christ. Le non-croyant vit pour se plaire à lui-même; il pense rarement à plaire à Dieu. La racine du péché c’est l’égoïsme: « Ma volonté » et non « Ta volonté ». » (Wiersbe p 80)

De fait, la nature humaine tend vers la mort, tandis que l’Esprit tend vers la vie et la paix. En effet, la nature humaine tend à la révolte contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la Loi de Dieu et qu’elle n’en est même pas capable. Or, ceux qui sont animés par leur nature propre ne peuvent pas plaire à Dieu.

la Bible, Romains 8.6-8

  1. Discuter les trois prochains passages de la Bible, en rapport avec la présence de l’Esprit dans la vie de chaque chrétien-ne:

Quant à vous, vous n’êtes pas animés par votre nature propre mais par l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne Lui appartient pas.

la Bible, Romains 8.9

Ne le savez-vous pas? Votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu. Vous ne vous appartenez pas à vous-mêmes, car vous avez été rachetés à un grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps et dans votre esprit qui appartiennent à Dieu.

la Bible, 1 Corinthiens 6.19-20

En Lui vous aussi, après avoir entendu la Parole de la vérité, l’Evangile qui vous sauve, en Lui vous avez cru et vous avez été marqués de l’empreinte du Saint-Esprit qui avait été promis. Il est le gage de notre héritage en attendant la libération de ceux que Dieu s’est acquis pour célébrer Sa gloire.

la Bible, Ephésiens 1.13-14

  1. A discuter en lisant Rm 8.10-11: BA: « la sainteté n’est pas la cause, elle est le fruit de la vie de l’Esprit. »

Et si Christ est en vous, votre corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais votre esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus habite en vous, Celui qui a ressuscité Christ rendra aussi la vie à votre corps mortel par Son Esprit qui habite en vous.

la Bible, Romains 8.10-11

  1. A discuter en lisant Rm 8.12-13: « Il ne suffit pas d’avoir l’Esprit, nous devons appartenir à l’Esprit. Ce n’est qu’à ce moment qu’Il pourra partager avec nous la vie abondante et victorieuse qui peut être la nôtre en Jésus-Christ. (…) Parce qu’Il est « l’Esprit de vie », Il peut nous donner le pouvoir d’obéir au Christ et de Lui ressembler davantage. » (Wiersbe p 81)

Ainsi donc, frères et soeurs, nous avons une dette, mais pas envers notre nature propre pour nous conformer à ses exigences. Si vous vivez en vous conformant à votre nature propre, vous allez mourir, mais si par l’Esprit vous faites mourir les manières d’agir du corps, vous vivrez.

la Bible, Romains 8.12-13

  1. Wiersbe souligne que le verbe utilisé pour la conduite de l’Esprit signifie être « volontairement conduit-e ». Discuter la citation et les deux textes de la Bible suivants: « Nous serions extrêmement étonnés de voir un nouveau-né lever les yeux et saluer son père! C’est pourtant bien ainsi que, par Son Esprit en nous, nous pouvons nous adresser à Dieu par un « Abba (Papa) » plein de tendresse. (Ga 4.6) » (Wiersbe p 82)

Et parce que vous êtes Ses fils, Dieu a envoyé dans votre coeur l’Esprit de Son Fils qui crie: «Abba! Père!»

la Bible, Galates 4.6

En effet, tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez pas reçu un esprit d’esclavage pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: «Abba! Père!»

la Bible, Romains 8.14-15

BA: « Ceux qui obéissent à la direction de l’Esprit sont fils de Dieu. Preuve en soit l’expérience des chrétiens: ils ne sont pas des esclaves tremblants, mais ils se sentent adoptés de Dieu et Lui donnent le tendre nom de Père. » (…) « L’Esprit donne à son tour à ceux qu’Il conduit le sentiment intime, l’inébranlable conviction qu’ils sont fils de Dieu. » (…) « L’apôtre, bien qu’écrivant en grec, conserve le mot araméen: Abba, parce que ce mot, de sa langue maternelle, évoquait pour lui les plus doux souvenirs. Ces deux syllabes étaient les premières que le petit enfant balbutiait en s’adressant à son père; le mot n’a pas d’autre étymologie. »


  1. Discuter la citation suivante, en lien avec Rm 8.16-17: « L’Esprit nous enseigne par la Parole, ensuite nous recevons les richesses de Dieu par la foi. Quelle chose merveilleuse d’avoir « l’Esprit d’adoption » à l’oeuvre dans notre vie! » (Wiersbe p 82)

L’Esprit Lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec Lui afin de prendre aussi part à Sa gloire.

la Bible, Romains 8.16-17

BA: « dans la succession d’un père terrestre, chacun des enfants ne reçoit qu’une partie, l’héritage céleste, au contraire, semblable à la lumière du soleil que chacun reçoit pleinement sans en rien ôter aux autres, est destiné à tous dans son indivisible totalité. Ce qui en fait l’essence, c’est l’amour éternel; et l’on peut dire de cet amour, avec infiniment plus de raison, ce qu’on a dit de l’amour maternel: «Chacun en a sa part et tous l’ont tout entier». » (…) « Mais si la souffrance est un moyen de sanctification dont nul ne peut se passer, Dieu prend soin de la dispenser à Ses enfants selon qu’ils en ont besoin, et Il leur donne avec l’épreuve la force de la surmonter (1 Co 10.13). »

« Le chrétien est victorieux! L’Esprit vit en lui puissamment. Il peut ainsi vaincre sa vieille nature par la foi. L’Esprit d’adoption l’enrichira et le conduira dans la volonté de Dieu. » (Wiersbe p 82)

Puisque nous avons de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de tout ce qui souille notre corps et notre esprit et poursuivons jusqu’au bout la sainteté dans la crainte de Dieu.

la Bible, 2 Corinthiens 7.1

BA: « L’espérance de la résurrection du corps devient ainsi pour le chrétien un motif puissant de se préserver de toute souillure, de la chair aussi bien que de l’esprit (2 Co 7.1; Col 3.4-5). » (…) « Dieu habite en l’homme par Son Esprit, le dirige, le sanctifie; mais la personnalité de l’homme ne se fond pas et ne disparaît pas en Dieu; l’Esprit Saint, don de Dieu à l’homme, reste distinct de l’esprit de l’homme. Rien n’est plus opposé au christianisme que les erreurs du panthéisme, qui nie la réalité et la permanence de la personnalité en l’homme et en Dieu. »

Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine. Dieu est fidèle, et Il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation Il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter.

la Bible, 1 Corinthiens 10.13

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :