Bible, foi et soutien: Rm 14

Rencontre pour étudier la lettre de Paul aux Romains, chapitre 14.

Jeudi 1er avril (pour de vrai!) à 20h00, en visioconférence sur https://unine.webex.com/meet/pierre-andre.lechot

(prochaine rencontre jeudi 29 avril)

ligne directrice pour notre étude suivie de la lettre aux Romains:

Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à entretenir la paix et à nous faire grandir mutuellement dans la foi.

la Bible, Romains 14.19

Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous débordiez d’espérance, par la puissance du Saint-Esprit!

la Bible, Romains 15.13

références: « Soyez justes » de Warren W. Wiersbe / Bible annotée en ligne


accueil

  • bénédiction

En effet, le Royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit.

la Bible, Romains 14.17
  • nouvelles des un-e-s et des autres
  • prière

étude du chapitre 14 de Romains, proposition de questions et textes

  1. Vivre l’unité dans la diversité est au coeur de ce chapitre, avec des appels pressants à ne pas juger et à ne pas mépriser. Que constatons-nous globalement en considérant ce qui nous est dit de Dieu le Père, le Fils et l’Esprit Saint dans ce chapitre?

  1. Discuter les trois premiers versets de ce chapitre à la lumière de la citation suivante.

« Les chrétiens de Rome étaient divisés à propos des jeûnes et de certains jours saints. Certains pensaient que manger de la viande était un péché, aussi étaient-ils végétariens. D’autres pensaient que c’était un péché de ne pas observer les jours saint des Juifs. Si chacun avait gardé ses convictions pour lui-même, il n’y aurait eu aucun problème, mais ils commencèrent à se critiquer et à se juger les uns les autres. Chaque groupe était convaincu que l’autre n’était pas spirituel. » (131-132)

Accueillez celui qui est faible dans la foi sans discuter ses opinions. L’un a la conviction de pouvoir manger de tout; l’autre, qui est faible dans la foi, ne mange que des légumes. Que celui qui mange de tout ne méprise pas celui qui ne le fait pas, et que celui qui ne mange pas de tout ne juge pas celui qui le fait, car Dieu l’a accueilli.

la Bible, Romains 14.1-3

BA: « Celui qui est faible dans la foi, celui dont la foi est faible sur un point particulier, accueillez le ; montrez-vous bienveillants à son égard. Cette exhortation s’adresse à toute l’Église. » « Ces chrétiens, qui se faisaient des scrupules de manger de la viande et se croyaient tenus d’observer certains jours, étaient réellement faibles dans la foi; ils n’avaient pas compris tout le conseil de Dieu, ni cru à la plénitude de Sa grâce; ils ne saisissaient pas la glorieuse liberté dont jouit l’enfant de Dieu, après que Christ l’a affranchi des servitudes légales (Galates 5.1 et suivants ; Colossiens 2.20). »


  1. Paul « montre comment les chrétiens peuvent être en désaccord sur des points secondaires tout en conservant l’unité dans l’Eglise » (132): que nous propose le verset 4 en vue de nous considérer sur un pied d’égalité, malgré les différences?

Qui es-tu pour juger le serviteur d’un autre? Qu’il tienne bon ou qu’il tombe, cela regarde son Seigneur. Mais il tiendra bon, car Dieu a le pouvoir de l’affermir.

la Bible, Romains 14.4

« Il est encourageant de savoir que notre succès dans la vie chrétienne ne dépend pas de l’opinion ou de l’attitude des autres chrétiens. Dieu est le juge, Il est capable de nous tenir debout. Le mot « serviteur » suggère ici que les chrétiens devraient s’employer à travailler pour le Seigneur; s’il en était ainsi, ils n’auraient pas le temps ou l’envie de juger et de condamner les autres chrétiens. Ceux qui travaillent au salut des âmes pour le Christ ont des choses plus importantes à faire qu’examiner la vie des fidèles. » (134)

BA: « Le verbe se tenir debout est souvent rendu par subsister devant Dieu (Romains 11.20 ; Luc 21.36 ; Apocalypse 6.17). Juger ton frère n’est pas ton affaire, c’est celle de son Maître. Il sera maintenu debout, ajoute l’apôtre, parlant le langage de la charité, bien différent de celui de l’orgueil qui juge et qui condamne, même sous prétexte de prendre intérêt au salut du prochain. »


  1. Suite du texte à discuter en lien avec les citations qui suivent: qu’est-ce qui est essentiel, et qu’est-ce qui est secondaire? Dans les versets 5 et 6? Dans nos vies aujourd’hui?

L’un fait une différence entre les jours, un autre les estime tous égaux. Que chacun ait dans son esprit une pleine conviction. Celui qui fait une distinction entre les jours le fait pour le Seigneur et celui qui ne fait pas de distinction le fait aussi pour le Seigneur. Celui qui mange de tout, c’est pour le Seigneur qu’il le fait, puisqu’il exprime sa reconnaissance à Dieu. Celui qui ne mange pas de tout le fait aussi pour le Seigneur, et il est reconnaissant envers Dieu.

la Bible, Romains 14.5-6

« L’unité pour l’essentiel, la liberté pour ce qui est secondaire, l’amour en toute chose. » « Les faibles ne doivent pas condamner les forts et affirmer qu’ils ne sont pas spirituels. Les forts ne doivent pas mépriser les faibles et les appeler immatures. Dieu a accueilli les faibles aussi bien que les forts, c’est pourquoi ils devraient s’accueillir mutuellement. » (133)

Ainsi donc, que vous mangiez, que vous buviez ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu.

la Bible, 1 Corinthiens 10.31

BA: « Il s’agit du sabbat, des nouvelles lunes et d’autres fêtes auxquelles des chrétiens convertis du judaïsme ne pouvaient se résoudre à renoncer. L’apôtre ne se prononce pas entre les deux pratiques opposées pour condamner absolument l’une et approuver l’autre sans réserve. Il veut que chacun soit libre d’agir selon sa conscience, sans être jugé par les autres. Tout ce qu’il demande, c’est que chacun soit pleinement persuadé, pour ne pas agir sous l’impulsion d’autrui ou sous le joug de traditions qu’il suivrait sans réfléchir. Il sait qu’en cherchant à se faire une conviction personnelle, éclairée par l’Esprit de Dieu, le faible s’affranchira graduellement de ses préjugés, de ses vains scrupules, et acquerra une connaissance toujours plus complète de l’Évangile, par laquelle il sera mis en possession des privilèges de la liberté chrétienne. »


  1. « Toi, suis-Moi » a dit Jésus à Pierre, l’encourageant à reprendre pleinement sa place d’apôtre même après son triple reniement, et à se concentrer sur son propre appel, et non celui d’un autre. A discuter:

Pierre se retourna et vit venir derrière eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s’était penché vers Jésus et avait dit: «Seigneur, qui est celui qui va Te trahir?» En le voyant, Pierre dit à Jésus: «Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il?» Jésus lui dit: «Si je veux qu’il vive jusqu’à ce que je revienne, en quoi cela te concerne-t-il? Toi, suis-moi.»

la Bible, Jean 21.20

« En d’autres termes: « Pierre, tu as fait de Moi le Seigneur de ta vie. Laisse-Moi m’occuper de Jean. » (135)

« chaque homme s’assure que ce qu’il fait, il le fait réellement pour le Seigneur et non pas simplement par préjugé ou caprice. » (134)


  1. Lire les passages ci-dessous et réfléchir à ce qui a été vécu durant le début de cette semaine: que nous a-t-il été donné de vivre pour la gloire de Dieu?

En effet, aucun de nous ne vit pour lui-même et aucun ne meurt pour lui-même: si nous vivons, c’est pour le Seigneur que nous vivons, et si nous mourons, c’est pour le Seigneur que nous mourons. Ainsi, soit que nous vivions, soit que nous mourions, nous appartenons au Seigneur. En effet, Christ est mort et Il est ressuscité, Il est revenu à la vie pour être le Seigneur des morts et des vivants.

la Bible, Romains 14.7-9

En effet, Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à la possession du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous afin que, soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec Lui.

1 Thessaloniciens 5.9-10

C’est aussi pour cela que nous nous efforçons de Lui être agréables, soit que nous vivions dans ce corps, soit que nous le quittions. En effet, il nous faudra tous comparaître devant le tribunal de Christ afin que chacun reçoive le salaire de ce qu’il aura fait, bien ou mal, alors qu’il était dans son corps.

la Bible, 2 Corinthiens 5.9-10

C’est que l’amour de Christ nous presse, parce que nous sommes convaincus que si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts. Et s’Il est mort pour tous, c’était afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour Celui qui est mort et ressuscité pour eux.

la Bible, 2 Corinthiens 5.14-15

  1. Discuter le passage ci-dessous en lien avec ce commentaire de la Bible annotée: « Ce jugement, qui sera rendu devant le tribunal de Dieu, sera infaillible. C’est le seul jugement équitable, parce que Celui qui le prononcera connaîtra toutes les circonstances et les appréciera selon Sa justice et Sa miséricorde parfaites. La perspective de ce jugement définitif nous interdit de porter sur notre prochain des jugements téméraires »

Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? Nous comparaîtrons tous, en effet, devant le tribunal de Christ, car il est écrit: Je suis vivant, dit le Seigneur, chacun pliera le genou devant Moi et toute langue rendra gloire à Dieu.

la Bible, Romains 14.10-11

« Le mot traduit pas « tribunal » est, en grec, bema qui désigne l’endroit où les juges se tenaient durant les jeux Olympiques. Si, durant les jeux, ils voyaient un athlète enfreindre les règles, ils le disqualifiaient immédiatement. A la fin des épreuves, les juges proclamaient les récompenses (voir 1 Co 9.24-27). 1 Corinthiens 3.10-15 donne une autre image du tribunal de Christ. Il compare nos ministères avec la construction d’un temple. Si nous bâtissons avec des matériaux de mauvaise qualité, le feu consumera notre oeuvre. Si nous utilisons des matériaux de bonne qualité, notre oeuvre résistera. Si notre construction résiste à l’épreuve, nous sommes récompensés, si elle brûle, nous perdons la récompense; mais nous sommes toujours sauvés, « comme au travers du feu ». (135-136)

Ne jugez pas afin de ne pas être jugés

la Bible, Matthieu 7.1

  1. A la lumière du passage ci-dessous, comment pouvons-nous présenter notre responsabilité, en tant que chrétien-ne?

Ainsi donc, chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. Ne nous jugeons donc plus les uns les autres, mais veillez plutôt à ne pas placer d’obstacle ou de piège devant votre frère.

la Bible, Romains 14.12-13

« C’est le principe de l’amour fraternel. Si nous nous aimons mutuellement, nous chercherons à nous édifier les uns les autres, à croître dans la foi ensemble. (137)

BA à propos du verset 13: « Dans ce verset qui fait transition à la suite, Paul s’adresse encore aux deux partis par un jeu de mots hardi, il leur montre sur quoi ils doivent faire porter leur perspicacité et leur penchant à juger: ne nous jugeons plus les uns les autres, mais (grec) jugez plutôt ceci, de ne pas placer au frère une pierre d’achoppement, c’est-à-dire un obstacle où il pourrait se heurter et qui le ferait trébucher, ou une occasion de chute, soit un moyen de le faire tomber tout à fait. Cette recommandation s’adresse plus spécialement aux forts. »


  1. Discuter le passage ci-dessous en lien avec un texte qui aborde une question similaire en 1 Corinthiens 8 et un texte de l’Evangile (Marc 7.15):

Je sais et je suis convaincu dans le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi, mais si quelqu’un considère telle chose comme impure, alors elle est impure pour lui. Si ton frère est attristé à cause de ce que tu manges, tu ne marches plus selon l’amour. Ne cause pas, par ta nourriture, la perte de celui pour lequel Christ est mort. Que ce qui est bon pour vous ne devienne pas un sujet de calomnie.

la Bible, Romains 14.14-16

La connaissance rend orgueilleux, mais l’amour édifie.

la Bible, 1 Corinthiens 8.1

Il n’y a rien d’extérieur à l’homme qui puisse le rendre impur en pénétrant en lui, mais c’est ce qui sort de l’homme qui le rend impur.

la Bible, Marc 7.15

  1. Suite du texte à discuter en lien avec 1 Corinthiens 8.8-9:

En effet, le Royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes.

la Bible, Romains 14.17-18

Or ce n’est pas un aliment qui nous rapproche de Dieu: si nous en mangeons, nous n’avons rien de plus; si nous n’en mangeons pas, nous n’avons rien de moins. Veillez, toutefois, à ce que votre liberté ne devienne pas un obstacle pour les faibles.

la Bible, 1 Corinthiens 8.8-9

  1. Le verset 17 nous parle du Royaume de Dieu, que la Bible annotée définit ainsi: « le règne de Dieu, ce saint état de communion vivante avec Lui, de vraie liberté dans l’obéissance constante aux directions de Son Esprit »; comment vivons-nous cette dimension spirituelle de la vie qui a tant de répercussions sur tous les plans (pensées, émotions, actions…)?

BA à propos du Royaume de Dieu: « Son principe constitutif, c’est l’action de l’Esprit-Saint qui seul nous introduit dans la communion avec Dieu et nous y maintient, et qui produit en nous la justice, c’est-à-dire le pardon des péchés et la sainteté de la vie, la paix avec Dieu d’abord, (Romains 5.1) puis avec nos frères, et une sainte joie qui affranchit l’âme de ses pénibles anxiétés (1 Thessaloniciens 1.6) et la dispose à la bienveillance envers le prochain. Ces sentiments, entretenus par le Saint-Esprit, se manifestent d’abord dans les rapports de l’âme avec Dieu; mais ils ont ensuite leur répercussion dans nos relations avec nos frères (comparez Galates 5.22). »

Ainsi donc, déclarés justes sur la base de la foi, nous avons la paix avec Dieu par l’intermédiaire de notre Seigneur Jésus-Christ

la Bible, Romains 5.1

Vous-mêmes, vous êtes devenus nos imitateurs et ceux du Seigneur en accueillant la Parole au milieu de grandes difficultés, avec la joie du Saint-Esprit.

la Bible, 1 Thessaloniciens 1.6

Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.

la Bible, Galates 5.22

  1. Quels exemples pourrions-nous donner d’une mise en pratique du verset ci-dessous? De quoi avons-nous bénéficié pour grandir dans la foi? Que pourrions-nous proposer à d’autres?

Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à entretenir la paix et à nous faire grandir mutuellement dans la foi.

la Bible, Romains 14.19

« Les faibles doivent apprendre des forts; les forts doivent aimer les faibles. Le résultat sera la paix et la maturité à la gloire de Dieu. » (139)


  1. Discuter le passage ci-dessous en lien avec cette citation de la Bible annotée: « La charité conseille au chrétien de s’abstenir de tout ce qui pourrait être une occasion de chute pour un frère quand même il aurait pour soi la liberté d’en user. Ce principe trouve, aujourd’hui encore, son application dans l’usage des boissons alcooliques et dans mainte autre circonstance où la liberté chrétienne doit être sacrifiée aux égards dus à la conscience des faibles. »

Pour de la nourriture, ne détruis pas l’oeuvre de Dieu. Certes, tout est pur, mais il est mal de manger quelque chose si cela représente un obstacle pour quelqu’un. Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin et de t’abstenir de ce qui peut être pour ton frère un obstacle, un piège ou une source de faiblesse.

la Bible, Romains 14.20-21

  1. Discuter la fin du chapitre à la lumière de cet extrait de la Bible annotée: « Heureux celui qui ne se juge pas soi-même, c’est-à-dire qui n’a pas à examiner anxieusement sa ligne de conduite pour savoir si ce qu’il approuve est bien, s’il prend le bon parti. Il s’agit de celui qui a une conviction éclairée et ferme. »

Cette foi que tu as, garde-la pour toi devant Dieu. Heureux celui qui ne se condamne pas lui-même par ce qu’il approuve! Mais celui qui a des doutes au sujet de ce qu’il mange est condamné, parce qu’il n’agit pas par une conviction de foi. Tout ce qui ne provient pas d’une conviction de foi est péché.

la Bible, Romains 14.22-23

BA: « Ce n’est pas le sacrifice de cette conviction elle-même que Dieu te demande. Garde-la devant Dieu qui la connaît, et ne te presse pas de l’afficher à tout propos en public. Le chrétien reçoit la foi et les lumières qu’elle lui procure d’abord pour lui-même, pour qu’elle lui donne accès auprès de Dieu et le fasse vivre dans sa communion. S’il en use à cette fin, il ne sera pas entraîné par elle à s’enorgueillir, à mépriser ou à scandaliser ses frères plus faibles et moins éclairés. »


  1. Proposition: prier sur la base de cet extrait de la Bible annotée: « La faiblesse des faibles provient précisément du vague et de l’obscurité de leur foi en Christ. Cette foi est faible relativement à son objet, Christ : elle ne saisit pas le salut qu’Il apporte, l’affranchissement qu’Il procure dans toute leur étendue. Elle l’est aussi quant à ses fruits: elle ne donne ni certitude, ni paix, ni joie; elle n’éclaire ni ne vivifie la conscience; elle abandonne l’homme, dans chaque cas donné, à toute l’incertitude, à toutes les fluctuations d’une volonté indécise. »

%d blogueurs aiment cette page :