gérer nos peurs (15)

15 mars 2020: première rencontre diffusée en ligne sur https://meet.jit.si/Bibleenmains, en plus des participant-e-s sur place à Cortaillod (3 personnes en ligne tout du long, 2 endroits différents).

Nous questionnons quelques articles du jour dans les médias: « Pouquoi le coronavirus fait-il si peur? » / « Coronavirus: « la peur n’est pas proportionnelle au nombre de morts » » / « Coronavirus: pour que la peur ne prenne pas toute la place ».

Nous mentionnons les peurs que l’être humain peut vivre, de façon non rationnelle, en lien avec l’inconnu ainsi qu’en rapport avec la mort.

La Bible appelle à de nombreuses reprises à remplacer la peur par la confiance. Mais parfois la peur peut être salutaire, elle invite à la prudence:

Le sage a peur du mal et s’en détourne, mais l’insensé agit trop vite parce qu’il est sûr de lui.

la Bible, Proverbes 14.16

Une peur saine peut nous préserver du danger, nous rappeler notre besoin de sécurité: face à une menace réelle, il ne s’agit pas de faire preuve d’arrogance en « faisant comme si de rien n’était », mais de prendre conscience du danger, de l’éviter, de s’en détourner.

De nombreuses peurs vont au-delà d’un juste et sain phénomène d’alarme: elles deviennent des prisons intérieures qui peuvent nous couper des autres, de nous-mêmes, de Dieu.

Lecture: Esaïe 12.1-5

Dieu est mon Sauveur. Je serai plein de confiance et je n’aurai plus peur, car l’Eternel, oui, l’Eternel est ma force et le sujet de mes louanges. C’est Lui qui m’a sauvé.

la Bible, Esaïe 12.2

La Bible propose de se détourner de ce qui fait du mal (à nous, aux autres, à Dieu) et de rechercher ce qui fait du bien. Non aux peurs exagérées, oui à la confiance en Dieu.

Le texte du prophète Esaïe invite au dialogue avec Dieu (Le louer) et à la transmission de Son invitation aux personnes qui nous entourent. En ces temps d’isolement forcé (mesures de restriction pour lutter face au Coronavirus), il est bon de faire « connaître Ses actes parmi les peuples », de rappeler que le Créateur aime chacune de Ses créatures, et propose un dialogue, un amour rétabli entre Lui et nous, et entre nous (aimer Dieu, aimer son prochain).

Nous chantons le JEM 316 « Tournez les yeux vers le Seigneur », notamment: « Il est votre Sauveur c’est Lui votre Seigneur » « j’ai cherché le Seigneur et Il m’a écouté-e Il m’a guéri.e de mes peurs et sans fin je Le louerai ».

Lecture: Romains 8.1-4

Dieu l’a fait: Il a condamné le péché dans la nature humaine en envoyant à cause du péché Son propre Fils dans une nature semblable à celle de l’homme pécheur.

la Bible, Romains 8.3

Texte très dense, qui souligne que Dieu offre Son pardon en ayant tout accompli, en Jésus-Christ: « Dieu l’a fait ». Il a pris le Mal, sous toutes ses formes, et l’a entraîné dans la mort, à travers le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix. Dieu a choisi de nous réconcilier avec Lui: nous sommes au bénéfice de Son adoption, par la foi.

Nous chantons « je suis enfant de Dieu », en soulignant le refrain: « je ne suis plus esclave de la peur, je suis enfant de Dieu« .

Lecture: Matthieu 25.14-30

Nous soulignons la mention « j’ai eu peur » au verset 25:

J’ai eu peur et je suis allé cacher ton sac d’argent dans la terre.

la Bible, Matthieu 25.25

Et nous remarquons la mention de l’intériorité de la personne qui semble se cacher derrière une peur pour éviter de travailler, de mettre en oeuvre ses capacités, ses talents.

Son maître lui répondit: « Serviteur mauvais et paresseux »

la Bible, Matthieu 25.26

Dieu confie à chaque personne des capacités, des dons, des possibilités à faire fructifier. Il n’y a aucune différence d’appréciation entre les personnes qui ont beaucoup et celles qui ont moins de possibilité: le même accueil est réservé dans la parabole au serviteur qui a fait fructifier 3 ou 5 unités:

Son maître lui dit: « C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup. Viens partager la joie de ton maître. »

la Bible, Matthieu 25.21 et 25.23

Nous méditons ensuite le Psaume 91, verset par verset, nous émerveillant de ce qu’il nous révèle de la puissance et de l’amour de Dieu:

Je dis à l’Eternel: « Tu es mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie! » Oui, c’est Lui qui te délivre du piège de l’oiseleur et de la peste dévastatrice. Il te couvrira de Ses ailes et tu trouveras un refuge sous Son plumage. Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.

la Bible, Psaume 91.2-4

Dieu propose Son amour, Sa protection, à recevoir par la foi. Il s’agit de regarder en direction de Dieu, de se placer sous Sa main forte, protectrice, bienveillante. A l’heure où un mal se répand un peu à l’image de la peste, il est précieux de pouvoir prier, en confiance, que Dieu délivre. Il est fort (bouclier, cuirasse) et tendre (ailes, refuge, plumage).

Puisqu’il est attaché à Moi, Je le délivrerai; Je le protégerai, puisqu’il connaît Mon nom. Il fera appel à Moi et Je lui répondrai. Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et Je l’honorerai. Je le comblerai de longs jours et Je Lui ferai voir Mon salut.

la Bible, Psaume 91.14-16

Dieu nous appelle à nous attacher à Lui, à croire en Lui. Il se révèle à nous dans la personne de Jésus-Christ. Le dernier mot du Psaume, « salut », est le mot hébreu pour « Jésus » en qui Dieu est venu se faire connaître, révéler pleinement Son nom. Que les promesses de Dieu s’accomplissent pour chacune et chacun.

Finalement, nous repartons avec un verset de bénédiction:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :